Itinéraire de 15 jours aux Philippines

Les Philippines, ce pays qui regroupe plus de 7000 îles et qui font rêver les voyageurs du monde entier. Vous ne savez pas quelles îles choisir ? Que faire une fois sur place ? Je vous raconte mon périple dans cet article !

Un point un peu particulier : je suis arrivée aux Philippines depuis l’Australie. En effet, après un an de PVT là-bas, j’avais décidé de profiter de cet argent durement gagné sur le territoire Australien pour m’octroyer quelques mois de voyage. J’ai donc fait escale à Singapour pendant 2 jours pour finalement arriver aux Philippines mi-mai.

Je suis arrivée à Manille mais après plusieurs retours de personnes différentes sur cette ville, j’ai décidé de ne pas sortir de l’aéroport et de filer directement en avion à Cebu City après quelques heures d’escale. Sale, sans grand intérêt… Je n’étais pas forcément tentée par une visite de la ville. En plus de ça, selon The Economist, Manille fait partie des villes les plus dangereuses au monde alors non merci… Courageuse mais pas téméraire !

D’ailleurs, une petite parenthèse sur la sécurité aux Philippines car c’est une des questions qui m’a été la plus posée. On entend beaucoup de choses (je vous raconte pas la tête de mes parents lorsque je leur ai dit que j’allais là-bas), mais je tiens à vous rassurer sur le sujet : si vous ne vous aventurez pas dans les zones dites « déconseillées » alors il n’y a pas de soucis à avoir. Oui, les Philippines constituent un repère pour les terroristes et oui il y a un fort taux de criminalité mais aucun problème lorsque l’on reste dans les zones « touristiques ». Je vous conseille (enfin non, je vous oblige même) à vous rendre sur le site de France Diplomatie pour vous renseigner sur la situation du pays avant votre départ, histoire de partir l’esprit tranquille et de pouvoir profiter de ce merveilleux voyage à fond !

1ère étape : Bohol

Bohol se trouve à 75km de Cebu City à vol d’oiseau. Il s’agit d’une des provinces de la célèbre région de Visayas Centrales. L’île est notamment connue pour ses famueuses Chocolate Hills.

>> Comment se rendre à Bohol ?

Nous arrivons à l’aéroport de Cebu City en plein milieu de journée, ce qui nous laisse le temps de rejoindre le port pour prendre directement le ferry pour Bohol. Après négociation et moyennant quelques pesos, nous prenons donc un taxi qui nous fera rejoindre le port. Première surprise, le prix qu’on nous annonce en arrivant est différent du prix négocié ! Il aura fallu batailler et négocier à nouveau pour que le chauffeur nous laisse finalement partir… Ça commence fort !

Nous n’avions pas réservé nos trajets à l’avance mais sachez que si vous arrivez au port jusqu’à une demie heure avant le départ du bateau, vous avez la possibilité d’acheter des billets directement sur place. La compagnie de ferry Oceanjet propose des billets aller simple pour 500 pesos (environ 8€). Comptez aussi 25 pesos par personne (0.40€) pour le droit d’entrer au port.

>> Où loger à Bohol ?

Deux heures plus tard, nous voilà arrivés sur l’île de Bohol, au port de Tagbilaran. Les chauffeurs de taxis et autres conducteurs de minivan s’empressent de vouloir faire monter tous les touristes qui descendent du ferry. Pour notre part, nous décidons d’opter pour la solution la moins rapide mais la plus économique : le jeepney ! C’est un moyen de transport typique et très populaire aux Philippines qui s’avère être une sorte de croisement entre la Jeep, la motocyclette et le minibus. Nous arriverons à l’hôtel 30 minutes plus tard.

Nous avions réservé notre chambre quelques jours à l’avance sur Booking : le Panglao Chocolate Hills Resort. J’ai adoré l’hôtel, en revanche, il était assez loin des principaux centres d’intérêts de l’île. Le cadre est idyllique, le personnel est adorable et toujours prêt à rendre service et les chambres sont tout à fait confortables. Le petit déjeuner est servi tous les matins au milieu de la piscine (le rêve) et le calme est au rendez-vous. Seul point noir donc : Alona Beach (là où se trouvent la plupart des excursions) se trouve à 5km et il faut donc prévoir un moyen de transport si l’on choisit de séjourner dans cet hôtel.

Nous posons donc nos valises en fin de journée et décidons de ne rien faire d’autre que de profiter de la piscine. En face de l’hôtel se trouve un restaurant et un petit supermarché, l’hôtel sert aussi quelques plats, ce sera suffisant pour ce soir. A titre d’information, pour 3 nuits dans cet hôtel, nous avons déboursé la somme de 3 360 pesos (soit 56€ à deux), vive l’Asie !

>> Que faire à Bohol ?

Panglao reste à mon sens le meilleur point de chute pour un séjour à Bohol. La presqu’île regorge de resorts, de clubs de plongée et la majorité des points d’intérêts se trouvent être ici.

  • Visiter Chocolate Hills et le Tarsier Sanctuary

Aujourd’hui c’est… mon anniversaire ! Cette journée se doit donc d’être mémorable ! Nous avons décidé de consacrer cette première journée à la visite de Chocolate Hills et du Tarsier Sanctuary. En effet, une des principales attractions de cette île sont ces montagnes aux formes si particulières et ces petits animaux si mignons.

Crédit photo : curiosity.com

Vous pouvez choisir de faire cette excursion en solo ou bien alors, comme moi, en excursion organisée. Si vous me suivez depuis longtemps par ici alors vous le savez, je DÉTESTE ces excursions. Mais ici, les Chocolate Hills se trouvent tout de même à plus d’une heure de route et c’est l’option la plus intéressante que nous ayons trouvé (en terme de coût/temps de trajet). Pour une demie-journée d’excursion (incluant les Chocolate Hills + l’Observation des tarsiers), comptez environ 700 pesos par personne (environ 11.70€). Auxquels il vous faudra ajouter les droits d’entrée à chacun des sites (respectivement 50 pesos et 60 pesos, soit environ 1.80€ en tout).

Après une bonne heure de route, nous arrivons enfin aux Chocolate Hills. Le lieu est assez impressionnant : des milliers de collines en forme de cônes, toutes de tailles plus ou moins similaires, réparties sur plus de 50km carrés. Ces petites montagnes doivent leur nom à la couleur qu’elles prennent lors de la saison sèche. En effet, la végétation qui les recouvre brunit et elles prennent alors l’aspect de grosses montagnes de chocolat. C’est un lieu unique au monde, apaisant et presque irréel que je vous conseille fortement d’aller voir si vous passez à Bohol.

Crédit photo : amoureux-asie.com

Nous continuons ensuite notre journée vers le Philippines Tarsier Sanctuary, à environ 45 minutes de route. Première question dont j’ignorais la réponse avant de m’y rendre : Qu’est-ce qu’un tarsier ? Et bien c’est un tout petit animal très fragile et avec de gros yeux globuleux qui feraient fondre n’importe qui ! Voyez par vous-même…

Crédits photos : Bohol-philippines.com

Avant l’ouverture du sanctuaire, les gardes forestiers font le tour du parc pour repérer les petits tarsiers et ainsi emmener les touristes en observation à des points précis. Je tiens tout de même à attirer votre attention sur un point, non pas pour vous freiner mais je pense qu’il est important d’avoir conscience de cela avant la visite…

Les tarsiers sont des animaux extrêmement fragiles et assujettis au stress. En effet, ils peuvent mourir sur le coup s’ils se sentent trop oppressés. C’est pourquoi il est impératif de se fondre dans la masse, d’être extrêmement silencieux jusqu’à même essayer de se rendre invisible. En tout état de cause, le fait d’emmener des groupes de touristes en observation est mauvais pour l’équilibre des tarsiers. « Alors pourquoi tu l’as fait ? » allez-vous me dire… Car c’est un animal est voie d’extinction à cause de la déforestation et que, comme évoqué plus haut, à cause de sa fragilité, le nombre de tarsiers en vie dégringole. Ce centre vise donc à la préservation de l’espèce et l’ensemble des fonds récoltés aident à la réinsertion de l’animal. Pas de jugement ici, chacun fait ce qu’il veut, mais je pense que c’est important d’avoir cet élément en tête.

  • Excursion à Balicasag & Virgin Island

Le lendemain, nous partons pour une journée de snorkeling ! Nous avions déjà vu des fonds marins merveilleux en Australie, notamment lors de mon séjour à la Grande Barrière de Corail, nous avions mis la barre haute !

Encore une fois, nous n’avions rien réservé à l’avance, nous nous levons donc très tôt (vers 5h30 du matin) pour nous rendre sur Alona Beach. Rappelez-vous ce que je vous disais plus haut, la plage est bien trop loin de l’hôtel pour la rejoindre à pieds. C’est donc là que la galère commence : il est 5h45, nous sommes au bord de la route et aucun moyen de transport à l’horizon. Heureusement, au bout d’une vingtaine de minutes à attendre et grâce à la gentillesse des philippins, nous trouvons tout de même un scooter pour rejoindre la plage.

Nous avions entendu dire que les tours commençaient tous à 6h30. Nous arrivons donc à Alona Beach quelques minutes avant le départ des bateaux. L’avantage de se pointer au dernier moment, c’est que les prix sont toujours davantage négociables. C’est donc après une brève négociation des prix que nous embarquons à bord d’une Banka (bateau traditionnel philippin). Pour ce type d’excursion en temps normal, comptez environ 700 pesos par personne pour la journée (11.70€).

Tous les tours proposent la même chose : observation des dauphins + snorkeling autour de Balicasag Island et enfin la découverte de Virgin Island. C’est une excursion que j’ai adoré mais si j’avais à la refaire, j’aurais opté pour un tour privé où les Bankas ne se composent que de 4 personnes maximum. Ces tours partent plus tôt et évitent donc la foule de touristes à laquelle j’ai eu droit. Si vous choisissez cette option, comptez environ 1500 pesos (25€) par personne.

Le premier stop est en plein milieu de l’océan, où se rassemblent tous les bateaux pour observer les dauphins. Je n’ai pas trop aimé cette partie de l’excursion. Cela m’a un peu dérangé de voir des dizaines de bateau encercler les dauphins pour que les touristes puissent les approcher au plus près.

Ensuite direction Balicasag Island. Nous débarquons sur l’île pour nous équiper de masques, de tubas et de palmes (fournis par l’équipe qui gère l’excursion) et allons très vite à l’eau pour observer les fonds marins. Des centaines de poissons, des coraux multicolores et une eau translucide. Honnêtement, cela vaut le détour ! Pour quelques pesos de plus, vous pouvez choisir d’y ajouter un « spot spécial observation des tortues ». Je n’en avais jamais vu alors autant vous dire que j’ai carrément sauté sur l’occasion. Après une bonne vingtaine de minutes de snorkeling, nous partons donc avec notre guide en direction d’un nouveau spot. C’est au bout de seulement quelques minutes dans l’eau que nous apercevrons notre première tortue. Un rêve de gosse qui se réalise pour moi !

Nous retournons ensuite sur la terre ferme pour manger un bout. Il faut l’ajouter au prix de l’excursion mais vous êtes assurés de manger les pieds dans le sable et c’est plutôt agréable. C’est en fin de matinée que nous reprenons le bateau pour nous rendre sur Virgin Island.

Virgin Island est en réalité un long banc de sable fin, où se sont installés tout un tas de petites échoppes typiques des Philippines. On peut y manger des fruits de mer fraîchement pêchés, les pieds dans l’eau ou bien y siroter de l’eau de coco directement dans sa coque. Si vous vous baladez autour, vous y trouverez de nombreuses étoiles de mer et autres poissons multicolores. C’est une découverte que j’ai adoré !

2ème étape : Siquijor

J’ai choisi de visiter cette île pour plusieurs raisons. D’une part, elle me semblait bien moins touristique que les autres îles alentours. Et d’autre part, elle est toute petite et elle peut donc être visitée de fond en comble en toute autonomie. Et ça, c’est la liberté !

>> Comment se rendre à Siquijor depuis Bohol ?

Après ces quelques jours à Bohol, nous reprenons le ferry en direction de Siquijor. Encore une fois, nous n’avons rien réservé à l’avance (cela devient une habitude) et achetons donc nos tickets pour le ferry directement au port. Le trajet dure environ 1h et coûte 700 pesos (11.70€) auxquels il faut ajouter 20 pesos de droit d’entrée au port.

Nous arrivons au Port de Larana en fin de matinée et prenons un tuk-tuk pour rejoindre l’hôtel que nous avions réservé quelques jours avant.

>> Où loger à Siquijor ?

Ce logement était sans aucun doute le plus merveilleux de tout mon séjour aux Philippines : le Blue Wave Inn. Pour deux nuits sur place, nous en avons eu pour 3 100 pesos (soit un peu plus de 50€). Terrasse qui donne sur la piscine, qui elle-même donne sur une plage privée à l’eau translucide… Un rêve éveillé ! Les chambres sont très confortables, le personnel est adorable et le lieu est super calme, c’est un véritable petit paradis sur terre.

Nous passerons le reste de la journée à préparer notre journée du lendemain et à profiter de ce cadre idyllique pour nous reposer un peu de notre journée sur la route.

>> Que faire à Siquijor ?

Pour notre unique journée sur l’île, nous optons pour la location de scooter (comptez 350 pesos – environ 6€ pour une location de 24h). Siquijor est une toute petite île, comptez 2h sur la route pour en faire le tour complet. Je suis plutôt adapte du slow travel (qui consiste à prendre son temps) et je vous assure que la visite de l’île est largement faisable en une journée. Voici mon itinéraire : Départ de l’hôtel – San Juan – Century Old Balete Tree – Chutes de Cambugahay – Salagdoong Beach – Larena – Retour à l’hôtel.

  • Prendre le temps de faire des stops

Siquijor est une île très sauvage et absolument sublime. L’avantage lorsque vous optez pour un moyen de transport autonome, c’est que vous pourrez vous arrêter absolument où vous le voulez. Prenez le temps de vous arrêter dans les petits villages pour discuter avec les locaux. Vous verrez, ils n’ont pas encore pris l’habitude des touristes et sont donc ravis de voir des étrangers s’intéresser à leur île. Cela donne vraiment de beaux échanges !

Les bordures des routes sont arborées de palmiers et de verdure, et vous longerez des plages tout aussi magnifiques. J’ai notamment eu un coup de cœur pour San Juan où la couleur de l’eau était presque irréelle et où les enfants jouaient avec des animaux sur le sable fin.

  • Century Old Balete Tree

Siquijor est aussi appelée « L’île aux Sorcières », cela est dû aux fortes croyances qui résident sur l’île. Ses habitants sont persuadés de l’existence de ces dernières et cela donne un côté enchanté à la visite. Pour en revenir au Balete Tree, avec ses 4 siècles d’existence, il s’agit du plus vieux de l’île et il est aussi appelé « l’arbre enchanté ». Pourquoi ? Car dès que les philippins commettent une faute, ils ont pour habitude d’aller se confesser à cet arbre (ça fait un peu un remake de Pocahontas et Mère Feuillage, je sais). Il est donc considéré comme sacré.

Il faut dire qu’il est vraiment très imposant. Mais là où réside sa plus grande particularité, c’est le bassin dans lequel il est implanté. En effet, de nombreux poissons y ont élu domicile et c’est désormais devenu un vrai stand de fish pédicure. C’est une expérience assez originale que je vous encourage à découvrir !

  • Chutes de Cambugahay

C’est quelque chose que je voulais absolument faire aux Philippines : me baigner dans une cascade ! Nous garons donc notre scooter sur le parking de Cambugahay Falls puis descendons jusqu’aux chutes avec un guide. Sachez qu’aux Philippines, tout est payant ! Attendez-vous à payer le parking, le guide, le droit d’entrée et le pourboire. Il faut avouer que généralement, cela ne représente que quelques centimes d’euros pour nous, mais il faut s’y habituer !

Crédit photo : Vigattin Tourism

L’eau est fraiche, pure, vivifiante, et le paysage est vraiment magnifique. Je n’avais jamais rien vu de tel lors de mes précédents voyages et nous avons passé un excellent moment lors de cette excursion. Nous avons énormément parlé avec notre guide, qui se faisait une joie de nous filmer avec la GoPro lorsque nous sautions depuis le haut des roches. Nous avons beaucoup ri, un vrai moment de partage et de convivialité !

  • Salagdoong Beach

La plage de Salagdoong est une petite crique où l’eau est turquoise et qui constitue la principale attraction de l’île. Elle possède de nombreux restaurants, activités nautiques et autres toboggans aquatiques. Ici encore, préparez-vous à payer un droit d’entrée. C’est le lieu que j’ai le moins aimé car c’était blindé de monde ! Pas forcément de touristes mais le bruit était assez conséquent et j’ai manqué de dépaysement.

C’est à la fin de cette belle journée que nous rentrerons à l’hôtel pour profiter d’un sublime coucher de soleil sur la plage… Paradisiaque ! Si je n’avais qu’une île à choisir, ce serait Siquijor. Elle m’a ensorcelée de par son authenticité. Entre végétation luxuriante et plage désertique, cela a été mon plus gros coup de cœur du séjour.

3ème étape : Palawan

Palawan est sans aucun doute l’île la plus célèbre des Philippines. Notamment grâce (ou à cause) du tourisme de masse qui s’y développe de plus en plus. On s’y rend pour visiter les petits archipels alentours, tout au nord, au départ du village d’El Nido.

>> Comment rejoindre Palawan depuis Siquijor ?

C’est là que ça se complique : il n’y a pas de moyen de transport direct pour aller de Siquijor à Palawan. Voici la solution pour laquelle j’ai optée (la moins chère mais pas la plus rapide) : j’ai d’abord pris un ferry depuis le port de Siquijor (Larena) en direction de Dumaguete. Suite à quoi nous avons pris un tricycle pour le port de Sibulan. Puis encore un autre ferry en direction de Liloan et enfin un bus pour Cebu City, où j’ai passé la nuit. Le tout m’aura coûté environ 7€ et une journée à courir partout. Le lendemain j’ai enfin pu prendre mon vol Cebu – Puerto Princesa (Palawan).

  • Rejoindre El Nido depuis Puerto Princesa

Là aussi : grosse galère. J’ai encore une fois pensé à mes économies et opté pour une des options les moins chères : le minivan. Ici il faut compter environ 6 heures de route et 600 pesos (10€). Gardez en tête que le trajet est assez sportif car uniquement dans les montagnes et les philippins sont plutôt téméraires. Il n’est pas rare que quelques passagers vomissent pendant le trajet.

En fait, peu importe le nombre de passagers que peut contenir le minivan, le chauffeur voudra toujours rentabiliser au maximum son trajet et prendra tous les autostoppeurs sur la route. C’est comme ça que nous nous sommes retrouvés à 12 dans un van pouvant contenir initialement 8 personnes. Dont 2 personnes sur le siège conducteur (de derrière je ne voyais même pas qui tenait le volant et qui s’occupait des pédales, c’était assez flippant).

>> Où loger à El Nido ?

Pour le coup ici je n’ai aucun logement à vous recommander. Nous avions choisi de loger dans un Airbnb qui était tout simplement un véritable calvaire. Sale, bruyant, pas entretenu… Fuyez ! Les standards de confort aux Philippines sont extrêmement différents des standards européens alors mettez la barre assez haute lorsque vous choisissez votre hôtel.

>> Que faire à El Nido ?

La raison principale pour laquelle des milliers de touristes viennent à El Nido chaque année c’est pour les tours de Islands Hopping (comprenez : aller d’île en île). Car le village en lui-même n’a vraiment rien d’exceptionnel et grouille de touristes. On nous expliquera même un peu plus tard qu’il y a des départs de feu tous les jours ici. La raison ? Le village s’est développé beaucoup trop vite avec l’afflux de touristes, et les installations n’arrivent pas à suivre. Utilisation abusive de l’air conditionné et des ventilateurs, des fours, des cuisines et autres matériels électriques… El Nido a du mal à suivre le rythme !

Bref, nous arrivons là-bas en milieu d’après-midi et décidons d’aller boire un verre sur la plage du village. J’y croiserai d’ailleurs une amie, elle m’avait vendu son van lorsque j’étais arrivée en Australie, le monde est vraiment petit !

Quatre tours sont disponibles au départ d’El Nido : Les tours A, B, C et D. Les tours traditionnels se font à bord de Bankas et chaque tour vous prendra une bonne partie de la journée. Toutes les compagnies pratiquent les mêmes prix, il faut compter entre 20€ et 28€ pour chacun des tours. Pour notre première journée à El Nido, nous avons opté pour une autre option, que je vous recommande d’ailleurs.

  • Island Hopping : Tours intérieurs A & B

Un peu par hasard, nous sommes tombés sur l’agence Philippines à la Carte. Ouvert par un français installé ici depuis plusieurs années maintenant, ils proposent des tours en Speedboat. L’avantage ? D’une part, vous économisez du temps et avez donc la possibilité de combiner 2 tours différents en une seule journée. Et d’autre part, vous arriverez sur les différents lieux de visite bien avant toutes les bankas et donc la horde de touristes qui va avec.

Pour ce tour, comptez 3200 pesos (soit 53€) tout inclus. Les kayaks, les paddles, le déjeuner, les boissons et le matériel de snorkeling sont à votre disposition toute la journée (tandis que pour les tours traditionnels, il vous faudra compter un coût supplémentaire pour avoir accès à ces activités). A noter : peu importe le tour ou l’agence que vous choisissez, il vous faudra payer une écotaxe de 200 pesos pour pouvoir faire ces tours. Ces taxes aident à la préservation de l’archipel. Elle n’est à payer qu’une seule fois, peu importe que vous fassiez un seul tour ou les quatre.

Nous montons donc sur le bateau, et sommes seulement 6 à bord. L’équipage est vraiment adorable et nous nous sommes réellement bien entendu avec tout le monde. Au programme de la journée :

Honnêtement, le Tour A s’est révélé être mon préféré. Chaque stop a été magique. Nous étions seuls au monde sur chaque site, et les paysages sont si beaux qu’ils en deviennent presque irréels. L’eau est translucide, les roches déchiquetées qui la surplombe semblent comme posées sur l’eau et le sable est si blanc… Bref, un vrai coup de cœur ! Le petit + avec le speedboat, c’est qu’il nous a aussi permis de pouvoir accéder à des endroits où des bankas ne peuvent pas aller à cause de leur taille, c’est d’autant plus appréciable !

Un stop est prévu à l’heure du déjeuner. L’équipage s’empresse d’installer le déjeuner sur le sable, qui a été fraîchement préparé sur le bateau. Du poisson frais, du riz, des légumes… Un festin de roi où tout était absolument excellent (je n’ai jamais mangé des mangues aussi bonnes, j’en rêve encore la nuit) !

La journée se poursuit avec le Tour B. Nous ferons notamment du snorkeling. Les fonds marins valent moins le détour qu’à Bohol selon moi mais j’adore me balader dans l’eau avec mon masque et mon tuba, je pourrais y rester des heures ! Nous ferons aussi pas mal de kayak, une activité que j’ai adoré et qui nous a permis d’approcher de plus près ces énormes roches si atypiques. L’équipage de Philippines à la Carte nous a vraiment laissé prendre notre temps à chaque étape, nous avons pu profiter pleinement, sans nous presser, de chaque lieu. Vous l’aurez compris, c’est vraiment l’option que je vous recommande si vous voulez passer une journée magique !

  • Island Hopping : Tour extérieur C

Le lendemain, nous voulions repasser par cette même agence pour faire les autres tours mais malheureusement, il faut un minimum de 6 personnes sur le bateau et ce jour-là, ils n’avaient pas réussi à réunir suffisamment de monde. Dommage mais nous ne nous décourageons pas pour autant !

Nous réservons donc le matin même dans une autre agence pour le Tour C. Je ne saurais plus vous redire exactement le nom de l’agence mais tout le monde propose la même chose donc nous avons pris la première que nous avons trouvée. Pour 1200 pesos, déjeuner inclus (soit 22€ environ), nous voilà parés à embarquer. Au programme de la journée : Helicopter Island, Secret Beach, Matinloc Shrine, Tapiotan Island et Hidden Beach.

Normalement, les bateaux peuvent accueillir jusqu’à 20 personnes. Aujourd’hui, nous avons de la chance, nous ne sommes que quatre. C’est déjà un bon point. Nous verrons tout de même la différence avec l’excursion de la veille car les sites que nous visitons nous semblent bien plus touristiques. Ce qui n’est pas le cas mais étant donné que le bateau est moins rapide, nous nous retrouvons fréquemment entourés d’autres bankas (par dizaines même) !

Ici aussi les plages sont paradisiaques, certains endroits semblent même totalement coupés du monde. Nous prenons le temps de déjeuner sur le bateau en milieu de journée, entre deux sessions de snorkeling, un moment hors du temps.

>> Où manger à El Nido ?

Vous l’aurez remarqué… Dans cet article, je ne vous donne pas de bonnes adresses aux Philippines (ce qui est rare, vous le savez j’adore manger). Mais la raison est simple : les plats sont principalement à base de poulet grillé et de riz. Rien d’exceptionnel donc. Mais si je ne devais vous donner que deux adresses alors les voici. Vous pouvez y aller les yeux fermés !

  • Artcafé

C’est une adresse mythique ici et il faut avouer que c’est excellent. Nous y sommes allés pour le petit déjeuner mais c’est ouvert tout au long de la journée. J’ai opté pour des pancakes aux fruits et c’était vraiment très bon. Les jus de fruits sont fraichement pressés sur place et le cadre est très agréable. Pour vous donner une idée, comptez environ 200 pesos (3.30€) pour une salade, 300 pesos (5€)  pour une pizza ou 130 pesos (2€) pour cette assiette de pancakes.

  • La Plage Sunset Bar & Restaurant

Ce bar a été ouvert par un français il y a quelques années et je dois avouer qu’il a su en faire un vrai petit paradis sur Terre. Pour vous y rendre, si vous résidez au cœur d’El Nido, il vous faudra alors prendre un tuk-tuk (une dizaine de minutes de route). Le restaurant et les cocktails sont très bons, le personnel très accueillant et le cadre est tout simplement sublime. Concernant les prix, j’avais choisi de prendre du poisson cuit dans une feuille de bananier, cela m’a coûté 440 pesos (soit 7.30€). C’est un peu plus cher que les prix moyen aux Philippines mais cela en vaut vraiment la peine ! Venez en fin de journée pour pouvoir profiter du coucher de soleil sur la plage, votre cocktail à la main. Bon moment garanti !

Crédit photo : TripAdvisor

Les Philippines constituent une destination de plus en plus en vogue. Autant vous dire qu’il est à mon sens préférable d’y aller dès maintenant avant que ces petites îles soient assaillies par les touristes.

J’espère que cet article aura pu vous aider dans la préparation de votre voyage et surtout, si vous avez d’autres bons plans/bonnes adresses ou des questions, n’hésitez pas à laisser un petit commentaire 🙂

Bon voyage !

Notez cet article !
Envoi
User Review
5 (3 votes)

Vous aimerez aussi...

4 commentaires

  1. Bonjour
    Merci pour votre article sur les Philippines très bien fait et qui nous donne trop envie d’y aller…. petite question concernant le palu…doit-on prendre un traitement en prévention ? À merci par avance de votre réponse

    1. Bonjour ! Merci beaucoup, contente que l’article te plaise 🙂
      Le traitement de prévention du paludisme n’est pas obligatoire (je ne l’avais pas fait, j’ai seulement acheté un bon anti-moustiques) mais il peut tout de même être conseillé. Je te conseille d’en discuter avec ton médecin traitant avant de partir.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *