10 jours en Corse du Sud : l’itinéraire parfait

Entre montagnes, lagons turquoises, cascades, falaises et petits villages authentiques… Je vous embarque avec moi pour 10 jours de roadtrip à la découverte de l’île de beauté. Découvrez mon itinéraire idéal !

Je me souviens être partie en Corse avec mes parents lorsque j’étais plus jeune. Quelques bribes de souvenirs me restent seulement : de jolies plages, des chants Corses, des cochons noirs sur les routes et la piscine de l’hôtel… Les souvenirs d’une enfant de 8 ans finalement. J’ai toujours voulu y retourner mais n’ai jamais vraiment pris le temps de m’y pencher. Après le confinement, j’ai donc voulu privilégier la France… La destination était alors toute trouvée : c’est parti pour 10 jours en Corse !

Mon itinéraire pour 10 jours à la visite de la Corse

La Corse est une petite île de seulement 180km de long. On pourrait alors se dire qu’on peut facilement en faire le tour complet en 10 jours. Nous avons cependant choisi de privilégier la région sud pour avoir le temps de profiter de chaque endroit. Autre point important : les routes sont très escarpées, vous mettrez facilement le double du temps qu’indiqué sur le GPS initialement.

Jour 1 : Zonza

Une fois arrivées à l’Aéroport d’Ajaccio, nous avons directement pris la route pour Zonza, un petit village au Sud-Est de l’île. Nous devions de toute façon retourner à Ajaccio à la fin du séjour, nous visiterions la ville à ce moment-là. Le moins que l’on puisse dire, c’est que dès notre arrivée, nous en avons pris plein la vue ! Des montagnes verdoyantes, des falaises et des routes escarpées… pas de doute, nous sommes bien en Corse !

Après deux bonnes heures de route, nous voilà arrivées dans le petit village de Zonza. Nous avions réservé une nuit dans une petite auberge (dont je tairais le nom car ce n’était vraiment pas terrible), mangé un burger et regardé le soleil se coucher au milieu des collines. Un coucher de soleil d’ailleurs absolument sublime qui laissait déjà présager de belles soirées sur l’île ! Cependant, nous ne comptions pas nous éterniser ici. A vrai dire, nous avions décidé de passer la nuit là-bas uniquement pour visiter un endroit très connu dans la région : les Cascades de Purcaraccia. Zonza était par ailleurs le point de chute idéal car nous n’avions que 30 minutes de route pour rejoindre les deux points.

Les Cascades de Purcaraccia

De grands bassins, une eau cristalline, des toboggans naturels… C’est ce que promettent les Cascades de Purcaraccia. Mais attention, elles se méritent !

Si le parcours ne compte que 2 kilomètres, il vous faudra un peu plus d’une heure et demi pour rejoindre les bassins. Je vous déconseille d’ailleurs de faire cette randonnée si vous n’êtes pas en forme physiquement. On grimpe, on passe dans l’eau, on escalade… Le chemin est très mal balisé alors on se perd aussi plusieurs fois. Bref, vous l’aurez compris, cette randonnée s’est avérée être plutôt difficile (même pour des gens qui, comme moi, on plutôt l’habitude de faire des randos en voyage). Dans tous les cas, prévoyez de l’eau et de bonnes chaussures de marche !

En revanche, une fois arrivé aux cascades, on oublie tout ! L’eau est fraîche mais cela reste très appréciable après une rando d’1h30 et le paysage est à couper le souffle. J’y suis allée au mois de juillet, il y a forcément un peu de monde mais je dois avouer que je m’attendais à pire. Je vous conseille fortement de grimper au dessus des bassins pour avoir une vue panoramique sur les trois piscines naturelles et les montagnes avoisinantes… souffle coupé garanti !

Comment rejoindre les Cascades de Purcaraccia ?

Il vous faudra rejoindre le col Bocca di Larone, vous y trouverez un grand parking. Descendez ensuite au premier grand lacet, le départ du sentier se trouve sur votre droite, dans le virage. Il s’agit d’une petite ouverture à travers les feuillages, il vous faudra alors suivre le chemin à travers la forêt.

Jour 2, 3 et 4 : Porto-Vecchio

Nous avons ensuite directement pris la route pour Porto-Vecchio. Nous avions réservé 3 nuits à Santa-Guilia (dans les environs de Porto-Vecchio), principalement pour profiter de la plage. Au programme donc : repos, farniente et plages de rêve !

La Plage de Santa Giulia

Pour moi LA plage incontournable de la région ! Nichée dans un golf protégé, la baie de Santa Giulia est un véritable petit joyau. Du sable blanc, une eau turquoise… Ai-je vraiment besoin d’en dire plus ? Malgré l’affluence de touristes, particulièrement sur les mois de juillet et août, je vous assure que vous ne serez pas déçus !

Nous sommes arrivées assez tôt le matin, chose que je vous conseille d’ailleurs de faire sinon vous ne trouverez pas de place pour vous garer. De plus, le soleil tape déjà bien fort, même à 10h du matin. Nous nous sommes d’abord installées face au ponton. Mais vers midi, il commençait à y avoir beaucoup de monde. Nous avons donc décidé de longer la plage afin de nous éloigner un peu, dans le but de trouver une petite crique à l’abri des touristes. Et quelle bonne idée !

Vous aussi ça vous tente ? Lorsque vous êtes face à la mer, longez la plage par la droite. Une fois au bout, escaladez les quelques rochers qui s’y trouvent (ou passez par la mer, ce n’est pas profond). Vous tomberez alors sur une petite crique déserte, digne des plus beaux paysages de carte postale ! L’endroit est absolument sublime, on se croirait transportés aux Seychelles le temps d’une après-midi… une vraie pépite !

Les Plages de Tamaricciu et Palombaggia

Ces deux plages sont tout aussi sublimes que la première. De la même manière, il vous faudra arriver tôt si vous ne voulez pas vous retrouver à devoir vendre un rein pour une place de parking. Les plages de Tamaricciu et Palombaggia sont littéralement situées l’une à côté de l’autre. Vous pourrez facilement les rejoindre à pieds.

Ces deux plages font elles aussi parties des plus belles plages de France, tout comme Santa Giulia… Et on comprend pourquoi ! Ici aussi les photos sont à la hauteur du paysage que l’on y découvre : une eau translucide à perte de vue, un petit phare à la pointe de la plage et des massifs imposants qui la bordent. Certes, la plage est étroite et donc assez vite bondée de touristes, mais après tout, on ne va pas dans ce genre d’endroits pour y être seuls au monde.

La ville de Porto-Vecchio

Porto-Vecchio est un incontournable lorsque l’on visite le Sud de la Corse. Après Ajaccio et Bastia, elle est la troisième ville la plus peuplée de l’île. Dépendante du tourisme, il faut savoir s’y perdre pour y apprécier l’authenticité qui y règne.

Pour visiter le centre historique, il vous faudra monter en haut de la citadelle. Je vous conseille d’emprunter toutes les petites ruelles qui composent la ville, de flâner au milieu des vestiges génois et des jolies façades, et de profiter de la Place de la République qui s’anime en fin de journée. La citadelle est pleine de charme : bâtiments en pierre ou colorés, balcons fleuris… On y ressent toute l’Histoire de la ville. En fin de journée, montez au Bastion de France pour le coucher du soleil, vous pourrez bénéficier d’une vue magique sur le golfe. Porto-Vecchio est assez petite, comptez environ 2h ou 3h pour en faire le tour.

Bonnes adresses à Porto-Vecchio et alentours : où manger et où loger ?

La région de Porto-Vecchio regorge de petites adresses, nous n’avons pas pu tout tester et, pour être honnête, il y a aussi beaucoup d’attrape-touristes. Voici mes préférées.

Le Petit Chose, Plage de Palombaggia

Sur le sable blanc de la plage de Palombaggia, le Petit Chose propose un cadre idyllique en bord de mer. Une grande terrasse ombragée et une cuisine à la fois simple et raffinée.
Budget : Comptez entre 35€ et 50€ pour un repas plat-dessert.

U Spuntinu, Porto Vecchio

En plein centre du quartier historique, U Spuntinu propose tout un tas de spécialités Corses. Vous pourrez profiter d’une grande terrasse ainsi que d’une ambiance 100% terroir. Le vin est excellent et la cuisine également. Nous avons opté pour une planche de charcuterie/fromage corses, rien à redire, tout était parfait.
Budget : 16,50€ la planche mixte.

L’Oasis, Santa Giulia

Un beach club installé sur la plage de Santa-Giulia. Tout y est : de grands BED pour passer l’après-midi à lézarder bien entendu, mais vous pouvez très bien y passer seulement le temps d’un repas ou d’un verre. Les prix sont un peu plus élevés qu’ailleurs sur la plage mais je dois avouer que c’était excellent, tout est certifié Bio et fait maison !
Budget : 15€ l’assiette environ, comptez 12€ pour un Smoothie.

Résidence Bella Vista, Santa Giulia

Notre petit paradis le temps de 3 nuits. La résidence Bella-Vista est située dans les hauteurs de Santa-Giulia, nous avons passé un séjour incroyable à Bella Vista. Il s’agit de petites maisonnettes indépendantes, très calmes, et comprenant des terrasses avec une vue incroyable. La propriétaire est adorable et le service impeccable.
Budget : Pour deux, comptez environ 50€ par personne par nuit.

Jour 5 et 6 : Bonifacio

Située à l’extrême Sud de l’île, Bonifacio est aussi la ville la plus historique de la région. Comme à Porto-Vecchio, le port est situé en contrebas tandis que la citadelle se trouve dans les hauteurs. Il vous faudra donc grimper pas mal pour visiter la vieille ville. Construite à flanc de falaises, il fait bon s’y perdre. Que ce soit en arpentant les ruelles qui composent la ville, ou bien en flânant le long de la côte pour admirer la vue sur les falaises et la mer. Bien entendu, il existe de nombreux incontournables au sein même de la citadelle.

L’Escalier du Roy d’Aragon en fait parti. Il faut avouer que l’endroit est plutôt insolite. Un escalier de 187 marches taillées à même la roche, avec une inclinaison de 45 degrés. La légende raconte que le Roy d’Aragon aurait construit cet escalier en une nuit pour assaillir la ville. Pour moi, les plus belles découvertes se concentrent cependant du côté du littoral. En effet, Bonifacio surplombe la Méditerranée et offre un point de vue panoramique sur la baie. De ce fait, pour visiter Bonifacio, plusieurs options s’offrent à vous : depuis la terre ou bien depuis la mer. Et je vous conseille d’ailleurs de faire les deux !

Pour voir Bonifacio depuis la terre, prenez la voiture pour les plages du Petit et du Grand Sperone. Ces plages sont situées à une vingtaine de minutes de la vieille ville. Sur la route, vous pourrez vous arrêter à tout moment pour bénéficier d’un panorama incroyable sur Bonifacio et ses falaises. Bien sûr, je vous conseille et vous recommande de pousser jusqu’au deux plages en question qui sont absolument sublimes : des vraies piscines à ciel ouvert !

Pour voir Bonifacio depuis la mer, optez pour une excursion en bateau. La plus grande compagnie proposant cette excursion s’appelle SPMB. Nous n’avions pas réservé mais vous pouvez cependant obtenir des tickets directement sur le port. La balade en bateau est agréable mais je vous la déconseille si vous comptez déjà vous rendre aux îles Lavezzi (voir plus bas). L’excursion vous emmène voir des grottes taillées dans les falaises jusqu’à l’anse de Fazzio en passant par de petites criques isolées. Il vous en coûtera 18,50€.

Les îles Lavezzi

Sûrement l’excursion que j’attendais le plus, ce sont ces photos qui m’ont donné envie de partir en Corse. Et pourtant, il s’agit aussi de celle qui m’a le plus déçue. Je vous explique pourquoi.

Cet archipel composé d’une centaine d’ilots est classé réserve naturelle. Eau cristalline et roches qui surplombent de petites criques… Il faut dire que les îles Lavezzi ont de quoi séduire les plus sceptiques d’entre nous. Nous avons ici aussi opté pour la SPMB (encore eux) qui proposaient  cette sortie au tarif de 37€. A l’aller, le bateau vous déposera directement sur l’île de Lavezzu, comptez une bonne vingtaine de minutes pour l’atteindre.

Une fois sur place, pas de voiture, mais l’île est minuscule et se fait facilement à pieds. Nous avons fait le tour de l’île, le plus bel endroit reste cependant selon moi la petite plage qui se trouve à gauche lorsque vous quittez le port. Pour le reste, j’ai trouvé l’endroit plutôt sale, bondé de monde et les plages moins belles que celles que j’avais pu voir jusqu’à présent. En saison, il y a un bateau retour toutes les heures, vous pouvez donc rentrer quand vous le souhaitez. Au retour, comptez 1h de trajet. Le circuit vous fait traverser les différentes îles du Golfe, les grottes et la visite de Bonifacio par la mer.

Jour 7 : Sartène

Prosper Mérimée disait de Sartène qu’il s’agissait de « la plus Corse des villes Corse », et on comprend pourquoi. Nous nous sommes arrêtées à Sartène pour une y passer la nuit, pas besoin de plus de temps, le village est minuscule. J’ai pourtant eu un vrai coup de cœur pour son centre historique.

Sartène est toujours restée fidèle aux traditions. Ici, tout nous transporte au 16ème siècle et il s’agit, toujours aujourd’hui, d’une des villes les plus pittoresques de Corse. Construite à plus de 300 mètres d’altitude, la ville est installée à flanc de falaises depuis le Moyen-âge.

Le pont d’A Scaledda est la porte d’entrée de la ville. C’est par ici que vous pourrez accéder au cœur du village fortifié. Comptez environ une petite heure pour en faire le tour. Un dédale de ruelles, de petites maisons pittoresques et de places ombragées rendent la balade très agréable. N’hésitez pas à vous arrêter prendre un verre sur la place Porta, centre névralgique de Sartène, où les locaux se regroupent pour prendre un verre en fin de journée en admirant le coucher du soleil sur les collines avoisinantes.

Bonnes adresses à Sartène : où manger et où loger ?

La Bergerie d’Acciola, Sartène

Mon adresse coup de cœur du séjour ! Un restaurant traditionnel corse installé dans un ancien moulin à huile. Aujourd’hui réhabilité en ferme agricole et entourée d’animaux, on y ressent encore toute l’authenticité du lieu. Nous avons opté pour des aubergines à la bonifacienne en plat et un tiramisu à la châtaigne en dessert… une vraie petite pépite. Dernier petit conseil, allez-y juste avant le coucher du soleil pour apprécier pleinement le panorama qu’offre le restaurant. A ne louper sous aucun prétexte !
Budget : Entre 30€ et 35€ le repas.

Hôtel des Roches, Sartène

Situé en plein cœur du centre historique de Sartène, cet hôtel a été le point de chute parfait. Les chambres ne sont pas vraiment modernes mais propres et calmes. Et surtout… la vue sur la vallée est incroyable ! Vous pourrez apprécier un petit déjeuner sur la terrasse panoramique de l’hôtel, une expérience unique !
Budget : Pour deux, comptez environ 45€ par personne par nuit.

NB : Je pense que Sartène est la ville de Corse du Sud où vous aurez le moins de mal à trouver des adresses qui ne soient pas « attrapes-touristes » … N’hésitez pas à sortir des sentiers battus !

Jour 8 : Corte

Mon coup de cœur ultime ! Placée au centre de l’île, Corte est la capitale historique de la Corse. Témoin de son Histoire, elle a été choisie comme capitale de la Corse indépendante au 18ème siècle. Si vous choisissez d’effectuer le même itinéraire, sachez que nous avons mis le double du temps annoncé par le GPS. Attendez-vous à beaucoup de route de montagnes et quelques gros ralentissements lors des virages.

Vous trouverez notamment à Corte le départ de la Restonica, une randonnée dans les gorges en contrebas de la ville. Nous ne l’avons pas faite par manque de temps mais il paraît que les points de vue sont sublimes. Bien entendu, ne manquez pas la Citadelle. Sur les 6 citadelles corses, celle de Corte est la seule à être située à l’intérieur des terres. Cette dernière est aujourd’hui classée Monument Historique. Elle abrite d’ailleurs désormais le musée régional d’Anthropologie de la Corse.

Corte c’est avant tout un dédale de ruelles escarpées, des bâtiments colorés et de fleurs aux fenêtres.  La ville abrite aussi l’une des plus vieilles épiceries d’Europe : L’épicerie Ghionga (9 rue du Vieux Marché). Très photogénique ! Ensuite, direction la Place Gaffory, juste à côté de l’épicerie. Vous pourrez vous installer en terrasse des nombreux bars et restaurants qui s’y trouvent, ou bien admirer la sublime petite église dont le clocher domine la ville. Vous pourrez aussi y découvrir la maison natale de Jean-Pierre Gaffory, l’un des leader du gouvernement nationaliste corse du 18ème siècle. Sur la façade de cette maison sont d’ailleurs encore visibles de nombreux impacts de balles.

Jour 9 et 10 : Ajaccio

Ajaccio, Capitale de la Corse. Il s’agit notamment de la ville de naissance de Napoléon Bonaparte mais elle est aussi connue pour être la première ville française libérée durant la Seconde Guerre mondiale. Nous n’avons pas fait beaucoup de visites mais vous y trouverez de nombreux musées.

Nous avons concentré notre visite sur le centre historique, sans vraiment de but précis, en passant par le port et la plage principale d’Ajaccio. Pour être honnête, cela ressemble beaucoup aux villes méditerranéennes (type Cannes, Nice…). L’ambiance est en revanche bien plus survoltée en soirée que le reste de la Corse. Si vous venez sur l’île de beauté pour faire la fête, c’est à Ajaccio qu’il faut se rendre.

Les Calanques de Piana

Impossible pour moi de venir en Corse sans me rendre aux Calanques de Piana (Calanches en Corse). C’était un incontournable ! Un paysage spectaculaire composé d’immenses falaises aux couleurs ocres qui semblent vouloir déchiqueter le ciel et se jeter dans la mer.

De nombreuses options s’offrent à vous pour visiter les Calanques de Piana : par la mer, par la terre et même par les airs. J’ai personnellement opté pour la seconde option. En effet, nous avions la chance de pouvoir longer la côte en voiture, et nous en avons pris plein la vue ! Cependant, si vous penchez pour le bateau, alors 2 points de départ s’offrent à vous : Porto (là où nous logions) ou bien Ajaccio. Porto est d’ailleurs le point de chute idéal si vous souhaitez visiter les calanques. Le village en lui-même n’a rien d’exceptionnel mais vous êtes à une vingtaine de minutes de tous les points d’intérêts de la région.

Si comme moi, vous avez décidé de visiter les calanques de Piana en voiture, alors c’est très simple puisqu’il n’y a qu’une seule et unique route qui relie Porto à Piana. Attention cependant, la route est sinueuse et il ne faut pas avoir le vertige. Si vous souhaitez vous arrêter en chemin, je vous conseille le restaurant « Les Roches Bleues ». Il possède une terrasse panoramique et la vue est absolument sublime. Le restaurant était complet lorsque nous avions voulu nous y arrêter mais c’est un incontournable. A noter, la baignade est interdite dans les Calanques, il faut s’éloigner un peu pour pouvoir profiter des 2 principales plages : La plage de Ficajola, et la plage d’Arone.

Enfin, si vous êtes un adepte des randonnées, je vous conseille la rando du Capo Rosso. Comptez environ 3 heures de marche aller-retour pour aller jusqu’à la tour génoise où vous pourrez contempler un panorama unique sur les calanques. Nous manquions malheureusement de temps en fin de voyage mais il paraît qu’il s’agit de la plus belle randonnée de la région ! Nous nous sommes donc concentrées sur la moins longue, au départ du parking de la Tête du chien. Un petit chemin vous permettra de rejoindre en une trentaine de minutes un belvédère offrant une vue incroyable sur la baie et ses calanques.

Vous l’avez compris, j’ai adoré mon voyage en Corse. Tellement que je me verrais bien y retourner. Cela m’a tantôt fait penser à l’Italie lors que visites de petits villages pittoresques, tantôt aux Baléares lorsque l’on s’approche davantage des plages. Puis vu la période, autant privilégier la France, non ?!

Notez cet article !
Envoi
User Review
5 (3 votes)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *