Séville : que faire dans la capitale andalouse ?

Séville est un incontournable en Espagne et la première destination à visiter lors d’un passage en Andalousie. A la fois si proche de la France mais si dépaysante, c’est une destination que j’ai adoré découvrir.

L’avantage avec l’Espagne, c’est que c’est une destination facile d’accès, peu importe où vous habitez en France. Après 3 voyages au Portugal cette année, j’ai décidé de me rendre chez son voisin : l’Espagne, et plus précisément, l’Andalousie. Et c’est vrai que Séville, c’est à la fois la culture espagnole, mais aussi quelques influences orientales qui lui valent tout son charme. J’ai donc profité d’un weekend de 3 jours pour partir à la découverte de la capitale andalouse et croyez-moi, cela va vous donner envie de prendre vos billets d’avion dans la minute.

Que faire à Séville ?

Pour moi, 2 jours entiers sur place suffisent pour visiter Séville. Du moins, j’ai eu le temps de faire tout ce que j’avais prévu. En revanche, un voyage à Séville peut aussi être l’occasion d’aller visiter une partie de l’Andalousie comme Grenade ou Cordoue… Dans ce cas, prévoyez au moins une semaine sur place.

1. Flâner sur la place d’Espagne

La fameuse, la grandiose, la mythique Place d’Espagne. J’ai commencé mon séjour par ça. Réveil à 6h15 pour arriver au lever du soleil et avoir la place pour moi toute seule, c’était un bonheur total. Certes, un levé si tôt ne sera pas au goût de tout le monde, mais il n’empêche que cela reste un passage incontournable. Pour être tout à fait honnête, je pense que c’est ce que j’ai préféré à Séville. Un vrai moment comme je les aime : le calme, la plénitude, la beauté de chaque détail et ces deux tours grandioses qui entourent la place. Bref, vous l’aurez compris, j’ai pris une claque.

Cette place a été construite pour l’exposition Ibéro-Américaine de 1929, il s’agissait à l’époque du projet le plus ambitieux et coûteux de cette exposition… Et on comprend pourquoi ! En forme de demi arc de cercle, la place fait plus de 200 mètres de diamètre et sa superficie avoisine les 50 000 mètres carrés, soit plus de cinq terrains de foot !  Pour la petite anecdote, la Place d’Espagne a été utilisée comme décor pour des films comme notamment Star Wars ou bien The Dictator.

Sur cette place, vous pourrez aussi trouver le Palais de la ville. Il est tout à fait la représentation de l’architecture andalouse : des colonnes soutiennent le balcon, des céramiques ornent les murs, du fer forgé, du bois, du marbre… C’est un vrai régal pour les yeux ! N’hésitez pas à prendre les escaliers pour monter en haut de l’édifice et admirer la vue sur la place, cela vaut vraiment le coup. Tout le long des murs qui entourent la place, on peut trouver des bancs où sont représentés toutes les provinces espagnoles avec sa carte, son blason et des mosaïques racontant leur histoire. Un grand canal borde aussi le palais. On peut y trouver de petites barques pour s’y promener… Bref, je ne peux pas vous raconter chaque détail de cette place, j’en aurais pour des heures mais j’en ai vraiment pris plein les yeux. Une pure merveille architecturale.

2. Se balader au Parque Maria Luisa

Juste à côté de la Plaza de España, on peut trouver un immense parc arboré : le Parc Maria Luisa. Il s’agit en fait des jardins du Palais de San Telmo, qui se trouve juste à côté. Ce parc est d’ailleurs du plus grand de la ville !

J’ai adoré me balader dans ce parc et arpenter ses petites allées. On peut bien évidemment y trouver d’innombrables variétés de fleurs et de plantes, mais aussi des fontaines, des sculptures en céramiques, il y a même un petit bassin en son centre qui abrite toute une colonie de canards et d’oies. On y retrouve encore ici toute la splendeur de l’architecture andalouse, tout en profitant d’un moment de calme, pourtant en plein milieu du centre ville.

Que ce soit en hiver pour profiter de la quiétude du parc ou bien en plein été pour s’abriter un peu du soleil, ce parc est un incontournable lors d’une visite de Séville. Véritable poumon vert de la ville, il s’étend sur 34 hectares et peut bien évidemment se visiter à pieds (mais c’est un peu long comme vous l’aurez compris) ou bien en calèche tirée par des chevaux. Je ne suis pas forcément pour l’utilisation d’animaux comme moyen de déplacement donc j’ai opté pour mes pieds, mais si vous avez des enfants par exemple, cela peut s’avérer être une bonne alternative.

3. Visiter l’Alcazar de Sevilla

La petite pépite de la ville ! Evidemment, si vous venez à Séville, c’est en parti pour visiter son Palais Royal. Et autant vous dire que cela en vaut la peine ! Situé en plein cœur de Séville, l’Alcazar est l’un des palais les plus anciens du monde encore utilisé.

Construit en 913, il est composé d’une infinité de salles finement ornées de plâtres, de faïences et de plafonds à caissons, de magnifiques jardins viennent compléter ce palais déjà grandiose. Le tout forme un ensemble harmonieux et apaisant, où il fait bon y passer quelques heures. Au fil des siècles, le palais a été enrichi par des apports de nouveaux styles avec notamment des azulejos, du bois peint ou bien de belles tapisseries qui relatent la conquête de la Tunisie par le Roi Charles V.

Côté jardins, les réalisations sont tout aussi somptueuses avec des bassins, des sculptures, des détails à n’en plus finir et des fontaines un peu partout. Palmiers, orangers, pot de fleurs à la gloire du palais, l’aménagement de ces jardins fait penser aux Médina d’Afrique du Nord avec tous ces coins cachés et ces patios magnifiquement décorés.

Je ne vais pas trop entrer dans les détails architecturaux du palais. Déjà parce que ce serait chiant à lire, mais aussi pour vous laisser la surprise de découvrir la beauté de l’Alcazar. Me concernant, j’en ai vraiment pris plein les yeux du début jusqu’à la fin. Difficile aujourd’hui de se dire que ce palais a traversé les siècles et a vu grandir les générations et les diverses cultures qui ont traversé Séville. Concernant les infos pratiques, réservez directement votre visite sur le site dédié, l’entrée simple coûte 12,50€. Réservez environ 1 semaine à l’avance pour être sûrs d’avoir de la place, mais aussi pour pouvoir choisir le créneau qui vous convient le mieux. Pour la suite, la visite est libre.

4. Se balader sur le Paseo Cristòbal Colòn

Il fait bon vivre sur le bord du Guadalquivir, le fleuve qui traverse Séville pour se jeter dans la mer. La promenade est entièrement piétonne et lorsque le soleil commence à se coucher, la lumière y est vraiment magnifique. Vous pourrez y trouver de nombreux sites d’intérêt comme la Torre del Oro, le Pont Isabelle II ou la Plaza de Toros de la Maestranza.

Tore del Oro, Séville

La Torre del Oro est une tour d’observation militaire qui servait à l’époque à surveiller l’accès à la ville depuis le fleuve. Elle fut construite au début du XIIIe siècle et faisait partie des fortifications érigées autour du centre historique de la ville. Aujourd’hui, il est possible de monter à son sommet pour la somme de 3€. Il paraît que cela vaut vraiment le coup au moment du coucher du soleil lorsque le temps est clair.

Vous pourrez aussi passer à côté de la Plaza de Toros de la Maestranza, il s’agit de l’endroit où se tiennent les fameuses corridas. L’endroit se visite moyennant la somme de 8€. Me concernant, je suis totalement contre le concept et il était donc hors de question qu’un centime de ma poche aille financer cette « tradition ». Nous sommes donc passées devant (le bâtiment reste néanmoins très beau de l’extérieur) mais nous avons vite passé notre chemin.

5. Visiter le centre historique de la ville

Vous y trouverez tout d’abord la mythique Cathédrale de Séville. Cette dernière se trouve sur la même place que l’entrée de l’Alcazar, et vu sa taille, vous ne pourrez pas la louper. L’entrée coûte 9€ et quelques bonnes 30 minutes de queue à l’entrée hors saison. Me concernant, je ne l’ai pas visitée. Je trouve ça un peu abusé de devoir payer (cher qui plus est) pour la visite d’une église. A la limite pour une église comme la Sagrada Familia à Barcelone, cela s’entend au vu que l’architecture si particulière, mais ici, cela ne valait selon moi pas la peine.

Attention, la cathédrale est tout de même impressionnante, je ne dis pas le contraire. Construite à partir de 1402 et d’un style gothique, elle est surtout célèbre pour son clocher (la Giralda) d’une hauteur impressionnante de plus de 100 mètres !

Ensuite, direction le Cabildo. Ici, aucun bâtiment à visiter mais plutôt un centre commercial. Je ne vous recommande non pas les magasins qui y trônent mais plutôt de vous arrêter admirer l’architecture du bâtiment. Construit en arc de cercle et orné de peinture, c’est une construction vraiment originale et typique de la ville.

El Cabildo, Sevilla

Enfin, si vous cherchez à en prendre plein les yeux mais sans avoir à faire à faire à une horde de touristes : rendez-vous à l’Hospital de los Venerables (Entrée : 10€). Cet édifice baroque du XVIIe siècle a été construit dans le but de servir de résidence de retraite aux prêtres âgés et pauvres. Aujourd’hui ouvert au public, il s’agit d’un centre consacré au peintre Velasquez. Outre son intérêt historique, le patio du bâtiment est absolument grandiose et magnifique.

6. Traverser la rive

Le quartier de Triana a été une révélation pour moi. Pour le rejoindre, il vous faudra traverser le fleuve via le Pont Isabelle II. Juste à la sortie de ce pont, vous pourrez trouver le Mercado de Triana. Principalement centré autour de la nourriture, il est remarquable de par l’ambiance qui y règne. Ce qui est d’ailleurs le cas dans l’ensemble de ce quartier.

Si je ne devais vous conseiller que quelques ruelles alors concentrez-vous autour de Calle Betis, Calle Pureza et Pelay Correa. Les bâtiments colorés égayent les petites ruelles pavées. Dans chacune d’elle on peut trouver une église, toutes plus belles les unes que les autres. En se perdant dans ce dédale, on trouve de nombreuses places cachées où des Sévillans dansent le flamenco aux terrasses de cafés. Ici, la vie est plus douce qu’ailleurs et on ressent vraiment l’âme andalouse à chaque coin de rue.

Bref, vous l’avez compris, même s’il n’y a pas vraiment de choses concrètes à visiter dans le quartier de Triana, mais cela reste pour moi un incontournable. L’ambiance y est vraiment différente que de l’autre côté du fleuve. Si vous avez l’occasion d’aller y manger, de vous poser à la terrasse d’un café pour boire un verre ou même simplement de vous balader et vous perdre dans les ruelles au hasard alors foncez !

7. Découvrir les patios cachés de la ville

La Casa de Pilatos est un palais aristocratique situé dans le centre historique de la ville espagnole de Séville. D’après la légende, cet édifice aurait même servit de prototype à l’Alcazar. Le Palais est essentiellement composé de patios et de jardins mêlants les styles mudéjar, gothique et renaissance. Son architecture et la richesse de ses décors en font un superbe exemple de l’architecture civile andalouse de la fin du Moyen Âge et du début de la Renaissance. Comptez 10€ pour visiter le rez de chaussée uniquement, 12€ pour la totalité du palais. Je vous conseille vivement d’opter pour la seconde option.

Casa dos Pilatos – Source : andalucia.org

Ensuite, et c’est le bon plan de cet article, direction le Cloitre du Couvent de Santa Clara (Centre Culturel Santa Clara sur Google Maps). L’entrée est gratuite et il s’agit sincèrement d’un des plus beaux patios de la ville. A peine restauré et encore dans son jus, certes, mais vraiment impressionnant. Même si aujourd’hui l’espace est consacré à des manifestations culturelles, on peut encore clairement y observer les vestiges religieux qui ornent les murs, les arches et les portes du couvent.

8. Prendre une claque au palais de las Duenas

Le Palacio de las Duenas a été construit au 15ème siècle par la famille Pineda. En 1496, il deviendra la propriété de Catalina de Ribera qui y apportera de nombreux aménagements et léguera l’ensemble à son fils. Le palais sera restauré au cours du 18ème siècle tandis qu’au 19ème siècle, le bâtiment sera transformé en maison d’hôtes. Aujourd’hui, il est entièrement ouvert à la visite, y compris l’intérieur encore meublé d’époque et rempli de photos de ces familles.

L’entrée coûte seulement 10€ pour la totalité de la visite, soit l’intérieur du palais et les jardins. L’extérieur est lui aussi somptueux et abrite de belles variétés de plantes, d’orangers et de citronniers. Le patio principal est tout simplement sublime, jaune vif avec une jolie fontaine en son centre. Chaque détail est pensé pour être absolument somptueux. Que ce soit les arches ponctuées de nombreuses colonnes soutenant l’édifice ou bien les milliers de carreaux de faïences, on pourrait s’attarder des heures à observer toute la beauté de l’architecture andalouse.

9. Se balader en haut du Metropol Parasol

Le Metropol Parasol, c’est une immense structure métallique en forme de champignon qui trône au milieu de Séville. C’est d’ailleurs ce qui lui vaut son autre nom « las Setas de Sevilla » (autrement dit, les champignons de Séville). Mais pour être honnête, le moins que l’on puisse dire, c’est que c’est moche, je ne vais pas vous le cacher. Et là du coup vous allez me dire « mais Cécilia, si c’est moche, alors pourquoi t’en parles ? » Eh bien parce que le principal intérêt du lieu ne repose pas sur son architecture mais il repose sur sa fonction.

Je m’explique, moyennant la somme de 3€, vous pouvez monter au sommet de la structure, via un ascenseur. Une fois en haut, vous pouvez vous balader sur la totalité de la surface de ce gros « champignon ». Je vous conseille 1000 fois de venir une demi-heure avant le coucher du soleil pour admirer ces magnifiques changements de couleurs sur la ville. Nous n’avons pas eu de chance, le ciel était couvert ce soir-là, mais ce fut tout de même grandiose.

D’une superficie totale de 150m sur 75m et d’une hauteur de 28m, le projet du Metropol Parasol, imaginé par l’architecte Jürgen Mayer, a remporté le concours lancé par la municipalité pour la réhabilitation de la place de la Encarnación. Sachez enfin que le monument n’est ouvert que depuis 2011 et marque donc l’ouverture de Séville à la modernité.

Mes bonnes adresses à Séville

Séville, ça a été un carton plein en termes de bonnes adresses. Même si, comme à chaque fois, il y a toujours quelques déceptions. J’ai néanmoins découvert des petites pépites gustatives et il y en a pour tous les goûts ! Attention, n’oubliez pas de vous mettre à l’heure espagnole… Le soir, la plupart des restaurants ne commencent pas leur service avant 21h.

Un endroit canon : El Pinton

Cet endroit est absolument sublime. On se croirait installé dans un grand patio andalou à l’intérieur, mais il y a aussi une petite terrasse à l’extérieur dans une ruelle pavée à la fois calme et proche du centre ville.

Qu’est-ce qu’on y mange ? Des tapas, du poisson, de la viande, il y a un peu de tout. Me concernant nous avons opté pour un plateau de fromage et de la burrata. Le tout pour un peu moins de 25€.

Le meilleur rapport qualité/prix : Filo

Clairement mon coup de coeur du séjour. Tellement qu’en 3 jours, j’y suis allée 2 fois. Que ce soit pour le petit déjeuner, pour un brunch ou bien le déj/le dîner, c’est l’endroit parfait en toutes circonstances. Tout est frais, très bon, l’endroit est super cosy, on pourrait y rester des heures. Nous y avons été une première fois pour un petit déjeuner, puis pour une salade le dernier soir. Et à chaque fois, rien à redire, c’est un sans faute.

Pour 2 formules petits déjeuner (en photo), comptez une quinzaine d’euros. Honnêtement le meilleur rapport qualité/prix que j’ai pu trouver à Séville.

Pour un bon café : La Crème de la Crème

Bon, ok, le nom sonne vraiment français. D’ailleurs vous pourrez y trouver toutes les viennoiseries de notre cher et tendre pays. Situé juste à côté du Métropol Parasol, nous y avons fait une petite halte en milieu de matinée qui s’est avérée être une jolie surprise.

Le café y est très bon. Nous n’avons pas goûté aux pâtisseries mais tout est fait maison et cela avait l’air excellent. Au niveau des tarifs pratiqués, comptez moins de 2€ le café, un prix normal pour l’Espagne.

L’institution des Tapas : El Pelayo

Si on vous parle de Tapas à Séville, alors on vous donnera forcément cette adresse, c’est une institution de la ville. Dans un cadre rustique, la carte regorge de Tapas tant traditionnels qu’originaux. Disclaimer, chaque Tapas de la carte vient par trois (si vous demander 1 croquetas par exemple, vous aurez 1 plat avec 3 pièces de croquetas). Nous ne savions pas, vous auriez du voir notre tête quand la serveuse à ramené 10 assiettes à notre table !

En plein centre historique de Séville, les prix sont un peu plus élevés qu’ailleurs. Comptez entre 3€ et 5€ la tapa. Attention, la note peut vite grimper !

Les autres restaurants que l’on m’avait conseillé avant mon départ : La Senza, La Bernarda (bon restau, déco de dingue), No Lugar, La Carboneria (pour aller voir un spectacle de flamenco, gratuit).

Mon itinéraire de 2 jours à Séville

Partie le jeudi soir pour un retour le dimanche matin, cela me laissait deux journées pleines sur place et c’est pour moi, le temps idéal à passer à Séville. Evidemment, comme d’habitude, il s’agit de l’itinéraire que j’avais établi à l’avance et que j’ai en effet plus ou moins suivi sur place. Mais à vous de voir quelles sont vos priorités et à quel rythme vous voulez passer ce weekend.

Si vous souhaitez découvrir la région alors vous pouvez rester quelques jours de plus pour partir à la conquête de Grenade ou Cordoue.

Les infos pratiques

Toutes les petites infos à savoir avant de partir pour éviter de perdre du temps et de l’argent. Où loger ? Comment se déplacer ? Pour quel budget ? Toutes les infos ici !

Comment se déplacer à Séville ?

L’avantage en Andalousie, c’est qu’une bonne partie de l’année, la météo est plutôt clémente. Ce qui permet de faire la plupart des activités à pieds. De plus, c’est un vrai dédale de petites ruelles, ce qui ne rend pas les transports faciles au sein même de la vieille ville. Cette dernière est concentrée sur quelques km carrés, vous en aurez fait le tour rapidement. Cependant, la totalité de la ville est plutôt étendue.

Me concernant, j’ai donc utilisé mes pieds la plupart du temps. Comme je vous le disais plus haut, c’est le meilleur moyen pour moi de se perdre dans les petites rues et de profiter du charme de ce labyrinthe en pleine ville. Pour joindre de plus longues distances, nous options pour le Uber. Ce dernier est un peu plus cher qu’au Portugal mais reste tout de même bien moins cher qu’en France.
En ce qui concernant le trajet aéroport > centre-ville, nous sommes arrivés à Séville en pleine nuit. Heureusement, les bus circulent encore. Nous avons donc rejoint le centre grâce à la navette (4€, attention, prévoyez de la monnaie, ils ne prennent pas la CB).

Où loger à Séville ?

Je ne vous recommanderais pas l’adresse où nous avons logé. Nous avions opté pour un Airbnb mais malgré l’emplacement de l’appartement qui était exceptionnel, le logement n’était pas vraiment propre et surtout très bruyant (réveil en pleine nuit tous les jours notamment). Il y a énormément d’offres de logements dans le centre ville. Si je dois cependant vous conseiller un quartier alors préférez un logement central. Soit dans le quartier de Santa Cruz, El Alfalfa ou Encarnacion Regina.

Quel budget pour 2 jours à Séville ?

Encore une fois, tout dépend du type de voyage que vous aimez faire. Si vous êtes plutôt Airbnb que hôtel 5* et si vous mangez dans des restaurants mais aussi parfois dans des endroits plus simples, alors ce budget devrait vous correspondre. Disons qu’il correspond au budget pour un touriste moyen.

Séville est l’escapade idéale pour un weekend prolongé. La ville mêle à la fois Histoire, architecture, soleil et culture tout à fait dépaysante. Facilement accessible depuis la France, vous pouvez facilement trouver des billets d’avion et des logements à des prix accessibles, pour un weekend à frais réduits.

Notez cet article !
Envoi
User Review
5 (2 votes)

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *